Gestion de classe 5 phrases toxiques à ne pas utiliser avec vos élèves

Nous avons tous eu des moments en classe où nous avons dit ou fait quelque chose que nous savons ne pas être une bonne pratique d’enseignement. Mais qu’en est-il de ces choses que vous dites tous les jours et qui semblent inoffensives, mais qui, en réalité, peuvent bloquer vos élèves sur le plan émotionnel ou leur causer une frustration inutile dans leur désir d’apprendre ? Selon le site Weareteachers, voici cinq phrases toxiques que vous devriez peut-être reconsidérer et ce que vous pourriez dire à vos élèves.

1. « Fais de ton mieux. »

Qu’y a-t-il de mal à encourager un élève à faire de son mieux ? Eh bien, si cet élève vient vous voir avec un « je ne comprends pas » parce qu’il ne sait pas comment avancer dans un devoir, lui dire de « faire de son mieux » sans le soutenir davantage peut être frustrant. Essayez plutôt de décortiquer avec les élèves ce qu’ils « comprennent ». Commencez par là et offrez-leur un soutien comme un plan ou des notes à partir desquels ils pourront travailler. Encouragez-les à essayer de répondre à une question ou d’écrire une phrase, puis rassurez-les en leur disant que vous reviendrez ensuite pour les aider davantage s’ils en ont besoin.


2. « Va demander à un camarade de classe. »

Vous avez donné les instructions. Vous avez répété les instructions. Et, vous avez même demandé aux élèves de répéter les instructions. Et voilà qu’un élève est prêt à prononcer la phrase qui vous donne envie de vous arracher les cheveux : « Attendez, qu’est-ce qu’on fait ? » Naturellement, votre réponse est : « Va demander à un camarade de classe. » Nous sommes tous passés par là. Mais cette solution ne donnera probablement pas les résultats que vous espérez. Il y a de fortes chances qu’un autre élève ne sache pas non plus ce qu’il doit faire ou qu’il ne soit pas en mesure de transmettre les instructions correctement. Une meilleure solution est d’afficher un visuel des instructions quelque part pour que les élèves puissent s’y référer facilement et de dire : « Allez vérifier au tableau, puis faites-moi savoir si vous avez encore des questions. ».


3. « Fais une pause. »

Il arrive un moment dans la semaine, la journée ou l’heure de chaque enseignant où le comportement d’un élève est tout simplement trop pour la classe. Il crie, perturbe la classe et a un impact négatif sur l’apprentissage des autres. Dans un moment de frustration, vous lui dites sévèrement « fais une pause ». En général, il est rarement productif de faire sortir les élèves de la classe. Mais parfois, un élève peut bénéficier d’un changement de décor ou d’une occasion de se remettre à zéro. Au lieu de dire « fais une pause », soyez plus intentionnel en envoyant un élève accomplir une tâche, comme porter une note au bureau ou aller emprunter des crayons à côté. Lorsque l’élève revient, félicitez-le pour son aide. Rappelez-lui les attentes et aidez-le à reprendre l’activité avec succès.


4. « Tu leur as demandé d’arrêter ? »

Vous rentrez de la récréation et un élève vous approche pour se plaindre qu’un camarade a fait ou dit quelque chose de méchant. Votre première réaction peut être de dire : « Leur as-tu demandé d’arrêter ? » ou « Leur as-tu dit que tu n’aimes pas ça ? ». Les élèves admettront souvent qu’ils n’ont pas réagi au comportement négatif, mais même si vous êtes leur premier recours, il est probable qu’ils ne sachent pas comment gérer la situation et qu’ils viennent vous demander des stratégies. Aussi frustrant que cela puisse être d’arbitrer votre énième prise de bec de la journée, travaillez avec le plaignant pour trouver comment il peut exprimer ses sentiments. Aidez-le à trouver une occasion de parler avec l’autre élève et à arbitrer la conversation.


5. « Je sais que vous pouvez en rajouter. »

Le problème de cette affirmation réside dans son imprécision. Nous connaissons tous la frustration d’un enseignant lorsque des élèves écrivent une ou deux phrases et nous disent qu’ils ont « fini », mais le fait d’essayer simplement d’encourager un élève à « en rajouter » ne lui fournit pas de stratégies pour y parvenir. Les élèves veulent généralement bien faire, alors s’ils ne nous donnent pas ce que nous pensons être leur meilleur travail, il y a probablement une raison. Essayez plutôt : « Voyons comment nous pouvons ajouter plus à cette partie de ton travail ». Le fait de fournir un point d’élaboration spécifique rend la tâche moins intimidante et votre soutien aidera l’élève à savoir qu’on n’attend pas de lui qu’il sache comment « faire mieux » tout seul.

Quelles phrases toxiques ajouteriez-vous à cette liste ? Quelles sont les phrases et les réponses que vous trouvez utiles en classe ? Faites-nous-en part dans les commentaires.

22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout