top of page

Comment les traumatismes psychologiques changent le cerveau


Par Rafaël Andraud

Des chercheurs ont découvert que les événements traumatisants peuvent modifier physiquement le cerveau. Mieux comprendre ces mécanismes pourrait permettre de faire des progrès dans la recherche de traitements. 

Le cerveau semble se recâbler après un événement traumatisant

"Nous en apprenons davantage sur la façon dont les personnes exposées à un traumatisme apprennent à faire la distinction entre ce qui est sûr et ce qui ne l'est pas. Leur cerveau nous donne un aperçu de ce qui pourrait mal tourner dans des mécanismes spécifiques qui sont impactés par l'exposition à un traumatisme, en particulier lorsque l'émotion est impliquée", a déclaré l’un des co-auteurs de l’étude, Suarez-Jimenez, professeur au Columbia University Irving Medical Center, dans un communiqué.

Les recherches de son équipe, récemment publiées dans Communications Biology, ont identifié des changements dans le réseau de saillance - un mécanisme cérébral utilisé pour l'apprentissage et la survie - chez les personnes exposées à des traumatismes (avec et sans psychopathologies, y compris le syndrome post-traumatique, la dépression et l'anxiété).

Traumatisme : comprendre ses effets sur le cerveau pour améliorer les traitements

À l'aide d’un IRM, les chercheurs ont enregistré l'activité dans le cerveau des participants alors qu'ils regardaient des cercles de différentes tailles. Une seule taille était associée à un petit choc (ou menace). En plus des changements dans le réseau de saillance, les chercheurs ont découvert une autre différence au sein du groupe résilient exposé aux traumatismes. Ils ont découvert que le cerveau des personnes exposées à un traumatisme sans psychopathologie compensait les changements dans leurs processus cérébraux en engageant le réseau de contrôle exécutif, l'un des réseaux dominants du cerveau.

"Nous savons où un changement se produit dans le cerveau et comment certaines personnes peuvent contourner ce changement. C'est un marqueur de résilience", explique Suarez-Jimenez. "Savoir ce qu'il faut rechercher dans le cerveau lorsqu'une personne est exposée à un traumatisme pourrait faire progresser considérablement les traitements", affirme le chercheur.